Se sauver de Dieu

//Se sauver de Dieu

se_sauver_de_dieuAvez-vous déjà senti que le parcours chrétien est, au fond, davantage une répétition de ce que nous savons déjà que l’apprentissage de nouvelles choses ? Ainsi en fut-il pour Jonas. Voici quelques-unes de mes « nouvelles » vieilles leçons tirées de l’histoire de Jonas.

S’enfuir
Dieu confia à Jonas une mission toute simple : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle ! Car sa méchanceté est montée jusqu’à moi. » (Jonas 1.2) Jonas choisit de s’enfuir. Un homme de Dieu devait pourtant savoir qu’il ne pouvait échapper à Dieu, non ? Alors, pourquoi cette idée saugrenue ? Et nous, combien de fois nous détournons-nous des directions très nettes de Dieu, même si nous savons que notre petite aventure se terminera dans la tristesse ou la frustration ? Et nous désobéissons quand même – à répétition. Je me demande vraiment pourquoi…

Quand Dieu utilise nos erreurs
Jonas savait qu’il agissait comme un fou. En montant à bord du bateau, il admit qu’il fuyait loin de Dieu, et pourtant, lorsque les choses tournèrent mal, il en accepta la responsabilité : « Il leur répondit : Prenez-moi, jetez-moi dans la mer et la mer se calmera envers vous ; car je sais que c’est moi qui attire sur vous cette grande tempête. » (Jonas 1.12) L’équipage tenta d’éviter une mesure aussi drastique, mais lorsque Dieu a un plan, rien ne peut en empêcher l’exécution. N’ayant d’autre choix, ils jetèrent Jonas à la mer. Mais l’homme avait déjà témoigné de Dieu auprès d’eux. Quand ils virent que Dieu avait calmé la mer déchaînée, ils « furent saisis d’une grande crainte de l’Éternel

[…] et firent des vœux » (Jonas 1.16).

Leur expérience avec Jonas se termina dans un témoignage à la puissance de Dieu. Le Seigneur a-t-il déjà utilisé l’un de vos mauvais choix pour sa propre gloire ?

Une seconde chance
Peu importe la folie de Jonas, Dieu était toujours aux commandes. Le grand poisson fournit au rebelle le temps nécessaire pour réfléchir et pour se décider à obéir. Même si Jonas savait qu’il avait pris un mauvais sentier, sa prière dans Jonas 2 nous montre qu’il savait aussi qu’il pouvait se tourner vers Dieu pour obtenir le pardon et la rédemption. Vous a-t-on déjà accordé une seconde chance ? L’exemple de Jonas montre que s’enfuir de Dieu nous ramène inévitablement à la case départ.

S’enfuir trop vite
Jonas obéit au Seigneur et se rendit à Ninive. Devant la puissance de sa prédication, les Ninivites se détournèrent de leur méchanceté, et le Seigneur eut compassion d’eux. Jonas, qui aurait dû s’en réjouir, sentit la colère l’envahir. « Ah ! Éternel, n’est-ce pas ce que je disais quand j’étais encore dans mon pays ? C’est ce que je voulais prévenir en fuyant à Tarsis. Car je savais que tu es un Dieu qui fais grâce et qui es compatissant, lent à la colère et riche en bienveillance, et qui regrettes le mal. » (Jonas 4.2). Parfois, même lorsque nous marchons avec Dieu, nous tendons à le devancer. Une fois encore, le Seigneur enseigna à Jonas une leçon qu’il connaissait déjà : Lorsque nous lâchons les rênes et les laissons à Dieu, nous sommes libres d’obéir et de servir totalement.

______________________________

Copyright 2009, GraceNotes. Tous droits réservés. L’emploi de ce matériel est assujetti aux règles d’utilisation. Traduit par Monique Lemay. Sauf mention contraire, les citations bibliques sont empruntées à la Bible Segond révisée (Colombe).

2018-10-01T13:39:11+00:00