L’extrémisme : un problème religieux ?

//L’extrémisme : un problème religieux ?

terroristDe nos jours, le fanatisme et l’extrémisme sont partout. Il s’agit pratiquement de notre nouvelle réalité. L’instabilité, les confrontations, les chicanes, la dissension et la division présentent probablement les plus importants défis de l’année 2012. Les économistes semblent être en accord pour dire que l’instabilité politique actuelle risque avant tout de faire chavirer le navire de l’économie mondiale.

Certains croient que l’extrémisme n’est qu’un problème religieux. Selon eux, si on débarrassait le monde de la religion, la paix et l’harmonie régneraient. Cette idée est clairement contredite par les événements majeurs du 20e siècle, lequel a souffert avant tout d’extrémisme scientifique et athée. Mais elle est également contredite par la réalité actuelle de corruption politique et économique qui est en train de détruire l’économie mondiale.

En gros, l’extrémisme n’est qu’une manifestation de la nature humaine. Elle est le résultat direct de notre crainte de nous-mêmes. L’histoire nous démontre de façon constante l’effet de la crainte sur la rationalité humaine. Nous sommes pratiquement prêts à tout pour sauver notre peau. Et en plus, vu notre crainte de la mort, nous sommes prêts à tout pour que nos intérêts soient priorisés pendant notre courte vie. Après tout, qui a-t-il de mal là-dedans ? Sans Dieu pour donner un sens plus noble et profond à notre existence, pourquoi vivre de façon raisonnable et morale ? Peut-il même y avoir de la raison morale sans un standard moral objectif ? Manifestement, la réponse est non. La vérité morale nécessite un Créateur moral.

L’extrémisme religieux est certainement un problème. Il est alimenté par une fausse conception de Dieu qui nous tient dans la crainte. Dieu est vu par plusieurs comme un être sévère et terrible. Ce dieu est toujours prêt à punir et à détruire pour tout manquement de notre part. Il est donc nécessaire d’accomplir sa volonté sur la terre pour éviter ses châtiments. De plus, le fait que Dieu déteste ses « ennemis » justifie qu’on les déteste également. Étant des ennemis de Dieu, leur valeur humaine est nulle et leur mort sans importance. Ceci est bien illustré dans l’extrémisme musulman selon lequel Dieu punira la terre si elle n’est pas convertie à l’islam. Malheureusement, on voit également ceci dans l’extrémisme chrétien qui insiste plus ou moins sur les mêmes idées. La cause de l’extrémisme n’est pas la religion, mais plutôt la fausse religion bâtie sur cette fausse conception de Dieu. Ce qu’il faut craindre, c’est l’erreur concernant Dieu. D’autre part, je propose que la vérité à son sujet soit essentielle à la paix véritable et durable.

Mais comment la religion peut-elle être fausse ? N’est-elle pas qu’un phénomène subjectif et irrationnel de nature ? Un jugement de la religion n’est-il pas comparable à un jugement des goûts ? La religion peut-elle contenir des vérités objectives ?

La solution postmoderne est de ne pas prendre la religion trop au sérieux. On prend l’idée de bien et de mal sans trop la définir, on prend l’amour, on prend la paix et la tolérance, mais on laisse de côté toute notion de justice, de jugement et de salut. Mais une telle foi, vague, subjective, irrationnelle, peut-elle vraiment nous protéger contre les éléments les plus primitifs de notre nature ? La valeur de notre foi ne se démontre pas lorsque tout va bien. Tous peuvent être de bonnes personnes quand la vie leur sourit. Le vrai test vient lorsque tout va mal. C’est à cet instant que la vérité devient importante. C’est là où on doit pouvoir s’appuyer sur une foi bien fondée et établie dans la rationalité et la vérité. Voilà ma crainte pour ceux qui se contentent d’une foi purement subjective et irrationnelle. Une telle foi peut-elle soutenir ceux qui passent des moments très difficiles ?

Après son sermon sur la montagne, sermon contenant des vérités éternelles comme « aimez vos ennemis », « ne jugez point », « heureux ceux qui ont soif de justice et sont persécutés pour le bien », Jésus dit à ses auditeurs les paroles suivantes :

C’est pourquoi, toute personne qui entend ces paroles que je dis et les met en pratique, je la comparerai à un homme prudent qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison; elle ne s’est pas écroulée, parce qu’elle était fondée sur le rocher. Mais toute personne qui entend ces paroles que je dis et ne les met pas en pratique ressemblera à un fou qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison; elle s’est écroulée et sa ruine a été grande. (Matthieu .24-27)

Qu’est-ce que la vérité ? Voilà la question que Ponce Pilate a posée à Jésus avant de le condamner à la croix. Pourtant, la vérité le regardait droit dans les yeux. La vérité, c’est que Dieu préfère mourir que contraindre quiconque à lui obéir pour tout motif autre que l’amour. La vérité, c’est que Dieu nous aime tous au point de subir lui-même notre condamnation. La vérité, c’est que Dieu aime et a donné sa vie, surtout pour ceux qui lui ont craché au visage et l’ont cloué sur la croix. La vérité, c’est que nous sommes tous pécheurs, sauvés par la grâce de Dieu, dans une très mauvaise position pour juger les autres. La vérité, c’est que seul l’amour peut créer l’amour et le vrai changement dans le cœur humain. La vérité, c’est que Dieu n’a pas besoin que nous le défendions, mais qu’il veut, lui, nous défendre. La vérité, c’est que Dieu est tout près de nous, qu’il sympathise avec tous nos problèmes et qu’il souhaite être notre meilleur ami. La vérité, c’est qu’avec Dieu, nous n’avons rien à craindre, car il prendra toujours soin de nous. La vérité, c’est que le royaume de Dieu n’est pas un royaume politique, mais moral qui existe dans le cœur de ceux qui consentent à aimer de la même façon que lui.

Voilà la vérité de la Bible. Elle est rationnelle, crédible et solide. Elle peut nous soutenir à travers toute épreuve. Cette vérité n’est-elle pas la vraie solution aux problèmes de notre monde ? Mon vœu est de vivre plus pleinement cette vérité en 2012, afin de faire partie de la solution. Je vous souhaite également de trouver et de faire l’expérience de cette vérité pour vous-même.


Tous droits réservés. Pour d’autres articles de Jonathan Martin, veuillez visiter son blogue à www.graceaujourdhui.com

2018-10-01T13:39:08+00:00