American Football Player Catching a touchdown PassC’est par une défaite de 45-10 face au Patriotes de la Nouvelle Angleterre que la saison de Tim Tebow a pris fin samedi soir dernier. Comme il est question d’un personnage aussi polarisant que Tim Tebow, les réactions des spectateurs sont mitigées, les commentaires sont très divisés. Pour certains, les victoires de Tebow constituent des preuves incontournables que Dieu existe et qu’il aime le football. Pour d’autres, cette dernière défaite face à Tom Brady est la preuve qu’il n’existe pas et que Tebow est tout simplement chanceux.

La plupart des médias ont démontré un certain degré d’exubérance devant la défaite de Tebow. L’éditorialiste du Time, Sean Gregory, a dit, d’un ton humoristique, qu’il « semblerait que ni le Père, ni le Fils, ni le Saint-Esprit n’aient pu aider Tebow hier soir. »

La Presse associée s’est contentée pour sa part de proclamer que Tom Brady avait mis fin à la « Tebowmania ».

Jean-Simon Gagné, journaliste du Soleil, a récemment pris le temps d’écrire sur la saison de Tebow et la « Tebowmania ». Voici l’essentiel de cette saison que Gagné qualifie lui-même de « miraculeuse », extrait de cet article :

« Choisi en première ronde du repêchage de juin 2010, par les Broncos de Denver, Tebow passe l’essentiel de sa première saison à réchauffer le banc, à titre de réserviste. Cette année, il ne doit sa chance qu’au début de saison désastreux des Broncos. Apparemment, la direction de l’équipe doutait de ses talents de passeur, voire de sa capacité à bien analyser le jeu. À voir rater si souvent ses cibles, certains se demandaient même s’il n’avait pas des problèmes de vision.

« Peu importe. Les vents tourneront pour Tebow. Appelé en renfort lors du sixième match, il collectionnera les victoires. Il confondra les sceptiques, en multipliant les remontées spectaculaires, en fin de match ou en prolongation. Contre toute attente, il conduira son équipe à une première participation aux séries éliminatoires en six ans. Puis, il alimentera encore son état de légende naissante en éliminant les puissants Steelers de Pittsburgh, grâce à une autre passe spectaculaire, en prolongation. « Si vous avez la foi, des choses incroyables peuvent se produire » a-t-il commenté.

« Encore une fois, lors de la victoire contre Pittsburgh, certains fidèles ont perçu des clins d’œil divins. Tebow a accumulé des gains aériens de 316 ver­ges. Trois cent seize, ça ne vous rappelle pas une inscription que Tebow s’était inscrite sur le visage ? N’est-ce pas une référence au troisième chapitre de l’évangile de Jean, verset 16 ? Et au cours du fameux match, essayez de deviner la longueur moyenne des 10 pas­ses complétées par le quart-arrière. Vous avez deviné : 31,6 verges. »

La question à se poser
La question à se poser est très simple : à quoi devrait-on s’attendre du Dieu de la Bible auquel Tebow professe croire ? La défaite de Tebow face à Brady et les Patriotes est-elle vraiment une preuve que Dieu n’existe pas et que Tebow est fou de croire que Dieu s’intéresse à sa vie professionnelle ?

Pour plusieurs, l’idée que Dieu pourrait chercher à aider quelqu’un à gagner des matches de football dans un monde où il y a tant de détresse est un véritable scandale. Voici un commentaire sur internet de l’article du Soleil cité ci-dessus :

« Ces esprits religieux qui croient que Dieu les aide alors qu’il ne lève pas le petit doigt pour les 25 000 enfants qui meurent chaque jour de faim font preuve d’indécence profonde. Ces gens qui croient que Dieu peut intervenir dans le monde, ce qu’il fait effectivement pour les aider, mais sans faire quoi que ce soit pour les enfants qui crèvent de faim vénèrent un dieu injuste et cruel. »

Si Dieu existe, pourquoi ne le démontre-t-il pas de façon plus concrète et miraculeuse que ce que nous voyons actuellement ? Pourquoi n’a-t-il pas fait en sorte que Tim Tebow gagne le Super Bowl ? Pourquoi ne guérit-il pas les amputés ? Pourquoi ne fait-il pas de grands miracles pour nous prouver qu’il existe ? Pourquoi ne fait-il pas davantage contre tout le mal du monde ?

Dans son documentaire intitulé Expelled, Ben Stein interroge le professeur de l’université d’Oxford et célèbre athée, Richard Dawkins et lui pose la question suivante : « Si après ta mort tu rencontres Dieu et qu’il te demande de justifier ta vie et tout ce que tu as dit et écrit à son égard, que lui répondras-tu ? » Dawkins répond simplement : « Je lui répondrai, Pourquoi t’es-tu caché ? »

Voilà en effet une bonne question : pourquoi Dieu se cache-t-il et agit-il de façon si mystérieuse, sujet à tant d’interprétations contradictoires ? Pourquoi agit-il dans la vie de certains de façon si évidente et permet-il à d’autres personnes, aussi bonnes et dignes, de souffrir et mourir affreusement sans intervenir ? Pourquoi sauve-t-il une personne et non une autre ? Pourquoi Tim Tebow gagne-t-il des parties de football miraculeusement alors que des milliers d’enfants meurent de faim ? Pourquoi ne donne-t-il pas toujours la victoire aux gens les plus intègres ? Pourquoi n’agit-il pas plus rapidement pour punir lui-même les malfaiteurs? En gros, pourquoi exige-t-il la foi ? Pourquoi ne nous donne-t-il pas l’assurance hors de tout doute raisonnable qu’il existe et que la Bible contient la vérité ?

La réponse de Jésus

La réponse se trouve dans la personne de Jésus. Il nous montre une chose concernant les objectifs de Dieu : Il désire notre amour sincère uniquement. Il ne souhaite pas recevoir nos éloges motivés par le simple but de nourrir nos ambitions ou d’éviter le châtiment. Il veut seulement l’amour qui découle de notre admiration de son caractère d’amour. Il veut que nous le désirions pour sa justice en soi, non pas pour les bénédictions qui l’accompagnent. Voilà pourquoi Jésus n’est pas venu en héros, en conquérant, comme les chefs religieux de son époque l’espéraient. Il est plutôt venu en serviteur pour montrer l’amour de Dieu au service de l’humanité. C’est pour cela également qu’il ne rend pas son existence manifeste hors de tout doute raisonnable. Il veut que nous le cherchions, non pas grâce à des preuves incontournables, mais parce que nous aimons la justice et voulons le connaître. Pour ceux qui aiment la justice de tout leur cœur, Dieu donne une abondance de preuves de son existence. Pour ceux qui cherchent plutôt leur propre bonheur, il les laisse libres de douter de son existence. L’honnêteté de notre recherche spirituelle révèle l’état de notre cœur.

Imaginez un monde dans lequel Dieu se mêle de toutes les affaires humaines. Ceux qui l’honorent deviennent tous très riches et importants, tandis que ceux qui le nient perdent toujours dans tous les aspects de leur vie ? Quelle serait alors notre motivation pour servir Dieu ? Elle serait évidemment fondée sur l’ambition et la peur ? Dieu sait que s’il ne se cache pas, il nous enlève la possibilité d’aimer le bien pour le bien. Ainsi, il nous laisse le soin de le chercher. Dans son sermon aux Athéniens, l’apôtre Paul s’exprime très clairement à ce sujet :

« Il a voulu qu’ils cherchent le Seigneur et qu’ils s’efforcent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous. En effet, c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être, comme l’ont aussi dit quelques-uns de vos poètes : « Nous sommes aussi de sa race ». »

Les objectifs de Dieu pour nous

Pour cette raison, je ne suis pas du tout troublé par la défaite de Tebow, pas plus que j’étais excité par ses victoires. Je ne m’attendais pas nécessairement à ce qu’il gagne, car je ne m’attends pas à ce que Dieu travaille ainsi pour obtenir notre foi. Dieu travaille de façon bien plus subtile. Il nous donne des preuves de son existence, tout en laissant toujours la chance de douter à ceux qui ne veulent pas croire. Et le phénomène Tim Tebow va exactement dans ce sens.

Selon moi, la vraie contribution de Tebow ne se démontre pas sur sa fiche. Je suis heureux qu’il n’ait pas gagné le Super Bowl, car une telle victoire aurait enlevé à son réel message qui va comme suit : dans chacune de ses prières, Tebow ne demande pas à Dieu la victoire, mais que Son nom soit glorifié, victoire ou défaite. Vous pouvez écouter l’une de ses prières sur YouTube pour le constater. Tebow voulait, par son caractère, faire refléter l’amour de Dieu, ce qu’il semble avoir accompli.

Il faut cependant admettre que même sans Super Bowl, la vie de Tebow demeure remarquable. Un sondage récent démontre qu’il est la célébrité que le plus grand nombre de gens aimeraient avoir comme voisin. Toute son équipe le respecte et l’admire pour sa solidité de caractère et pour sa foi. Il est une lumière d’intégrité et d’honneur dans un monde axé sur la glorification de soi et sur le culte du plaisir. Le monde du sport en général voit en lui une touche si spéciale qu’il est maintenant imité par plusieurs autres célébrités sportives.

Après le match de samedi, tandis que Tom Brady est rapidement disparu avec sa femme mannequin au bras, heureux de son statut de supériorité, Tebow est resté sur le terrain 20 minutes de plus pour prendre des photos avec ses nombreux admirateurs. Il sait qu’il est une source de foi et d’espoir pour plusieurs et voilà ce qui lui importante vraiment.

N’est pas ce dont le monde à besoin ? Se peut-il que la solution aux grands problèmes de notre monde commence ici : dans la simple foi que notre vie peut glorifier Dieu tant dans les victoires que dans les défaites, car il a promis de nous utiliser pour le glorifier ? N’avons-nous pas besoin de gens qui voient leur vie comme une mission plutôt que comme une fête ? Dieu, en se cachant juste assez pour nous laisser exercer notre foi, nous permet d’espérer au bien pour le bien, et ce, même si l’on ne gagne pas tous les jeux. Personnellement, cette idée me donne espoir et courage, car même lorsque je perds, je peux croire que ma vie finira par glorifier le bien, l’amour, la justice, etc.

L’apôtre Paul, celui qui a écrit la majeure partie du Nouveau Testament, a passé plusieurs années de sa vie en prison avant d’être décapité par l’empereur Néron. La seule promesse de Dieu envers ceux qui le suivent est la suivante : Il fera briller la lumière de sa justice à travers eux. Cela me suffit, car je sais que je ne serai jamais vaincu complètement, que Dieu aura le dernier mot dans ma vie et qu’il se servira de moi pour répandre l’espoir autour de moi. Cela vaut plus que mille Supers Bowls.


Tous droits réservés.