valentine1Eh oui, nous voilà déjà en février, mois de la Saint-Valentin ! Alors pour tout le mois, mon thème sera… la vie de couple.
D’abord, un peu de mes connaissances dans le domaine… Comme je le mentionne dans ma page À propos, je suis marié à la plus belle femme du monde depuis maintenant 6 ans et demi. J’ai épousé Hilary lorsqu’elle n’avait que 19 ans et que je n’en avais que 20. Je ne recommande pas nécessairement aux gens de se marier aussi jeune, mais je garde ce sujet pour une autre fois. Nous avons maintenant deux enfants qui sont de vrais bonheurs dans notre vie.

Nous avons passé des années très difficiles sur lesquelles j’élaborerai le mois prochain. Mais dans cet article, vous découvrirez comment nous sommes parvenus à fonder un nouveau mariage entre les mêmes époux. Le fait que nous sommes encore ensemble est vraiment un témoignage de la fidélité de Dieu concernant ses promesses, car nous voici, heureux et plus forts que jamais!

Pratiquement tout le monde rêve au moins un peu de trouver un jour l’amour et de vivre heureux et amoureux pour le reste de sa vie. Tout d’abord, je veux dire que je crois à ce type d’amour. J’anticipe de nombreuses années de bonheur avec ma tendre épouse. Je l’aime plus aujourd’hui que le jour où nous nous sommes mariés, malgré tout ce que nous avons traversé ensemble. Cependant, je crois qu’il est également possible d’être heureux sans être en couple et je parlerai de cela également. En fait, il faut être heureux avec soi-même avant de pouvoir rendre une autre personne heureuse.

La joie de l’amour
Certains se disent peut-être : « toute la vie avec la même personne… cela doit devient un peu plate par moments ! » En fait, non, et ce, pour les trois raisons que voici :

Premièrement, l’intimité se développe pendant toute une vie. Avec le temps et le dévouement, le niveau d’amour et de bonheur qu’on peut atteindre avec quelqu’un n’a pas de limite. Chaque jour, on découvre quelque chose de nouveau. Si votre relation est moins intéressante qu’avant, peut-être est-ce parce que vous vous y investissez de moins en moins. Plusieurs études semblent confirmer cette hypothèse. Vous avez besoin d’un nouveau mariage avec la même personne.

Deuxièmement, la vie change constamment. Nous changeons constamment. Ce changement me suffit personnellement amplement pour garder la vie intéressante. Honnêtement, je ne me plaindrais pas de moins de changements. Si, par exemple, je pouvais faire en sorte que mes enfants cessent de grandir pour quelques années afin de les apprécier plus longtemps, je le ferais.

Troisièmement, j’ai appris que le défi de rendre quelqu’un d’autre de plus en plus heureux est grandement agréable. Les mariages s’écroulent là où chaque époux cherche à changer l’autre pour son propre bonheur. Les mariages survivent là où on apprend à s’accepter mutuellement. Les mariages fleurissent là où chaque personne accepte l’autre comme elle est et cherche à se changer elle-même pour le bonheur de l’autre. C’est un défi agréable, car par la grâce de Dieu, on peut changer de façon remarquable et on gagne ainsi de la confiance en soi. On aime de plus en plus ce qu’on voit dans le miroir !

Par contre, je ne peux insister suffisamment sur l’importance du pardon et de la grâce de Dieu dans tout ça. Sans eux, soit nous nous décourageons et abandonnons en acceptant une norme médiocre pour notre vie, soit nous nous culpabilisons excessivement. Il faut que la grâce et le pardon inconditionnel viennent avec cette voix qui nous appelle à aller plus haut. Ainsi, même lorsque notre partenaire ne semble pas reconnaître nos efforts, nous pouvons ressentir l’approbation de Dieu. La grâce de Dieu comprend tout cela !

Une croissance qui dure toute la vie
Hilary ne cesse de grandir et de s’embellir. Et moi aussi par la grâce de Dieu, je deviens peu à peu une meilleure personne. Cela ne veut pas dire que nous sommes parfaits, loin de là. Il y a des jours où nous ne pouvons nous supporter. Mais en continuant de grandir ensemble, je ne peux voir notre union que s’améliorant avec le temps. Voilà pourquoi je crois en l’amour pour toujours.

Mais, croyez-moi, ce n’est pas toujours facile. En fait, très peu de personnes trouvent ce genre d’amour, moins de 20 %, je dirais. D’abord, si on se fie aux statistiques, 50 % des unions maritales finissent en divorce. Les autres formes d’union présentent des statistiques encore moins encourageantes. De plus, bien des gens qui restent ensemble ne sont pas réellement heureux. Plusieurs ont simplement appris à se contenter.

Je vous assure toutefois que, malgré tout, il est possible d’être heureux. Cependant, ce n’est pas le résultat d’un coup de dés. En fait, tout commence avec les choix que nous faisons avant même d’être en couple. Voici la question à laquelle il faut répondre : vais-je aimer pour moi, pour mon bonheur et pour mes désirs, ou vais-je me consacrer au bonheur de mon ou ma partenaire?

Les implications qui découleront de cette décision sont très larges. Je les explorerai au cours de ce mois. Mais aujourd’hui, je veux simplement établir que la deuxième option est la seule vraie façon d’aimer. Et cela ne veut pas dire qu’il faille perdre notre individualité et devenir l’esclave de l’autre. La dépendance n’est pas de l’amour. Je reviendrai également sur ce sujet.

Un sacrifice qui vaut la peine
Dans la vie, tout ce qui vaut vraiment la peine ne vient pas facilement. L’amour n’est pas pour les faibles, ni pour les craintifs. L’amour comprend toujours un risque. Si vous n’avez pas le courage d’aller jusqu’au bout, mieux vaut vous procurer un chien ou un python. Mais pour ceux qui sont prêts à tout donner sans réserves, qui seront patients et sélectifs, et qui attendront d’avoir la maturité d’aimer réellement, la vie amoureuse promet beaucoup. Cette série a pour but de vous donner les outils nécessaires pour réussir dans ce domaine.

« L’amour est patient, il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité ; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne meurt jamais. » (1 Corinthiens 13.4-8)

Questions
Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour aimer ?
Avez-vous déjà été brûlé par l’amour ?
Avez-vous des regrets à ce sujet ? Des triomphes ?


Tous droits réservés. Pour d’autres articles de Jonathan Martin, veuillez visiter son blogue à www.graceaujourdhui.com