Béni et… coupable ?

//Béni et… coupable ?

istock_000035846218_smallCroyez-le ou non, certaines personnes, n’ayant que peu d’épreuves considérables, se voient tellement bénies par Dieu qu’elles en ressentent de la culpabilité !

Ces personnes ont travaillé dur, elles ont pris de bonnes décisions. Maintenant, elles jouissent de leurs récompenses. Elles sont en bonne santé, généreuses, ont de solides relations humaines et des finances qui se portent à merveille. En un mot, elles profitent de la vie. Mais parce qu’elles sont animées de la compassion de Christ, elles trouvent pénible de voir des gens autour d’elles bombardées par de mauvaises choses, l’une après l’autre. Et c’est là que la culpabilité entre en scène.

Vous pouvez rire et dire : « Eh bien, je suis prêt pour ce genre de culpabilité n’importe quand ! » Mais entendons-nous bien : Dieu travaille à notre bonheur, pas à notre misère. Il est le Dieu de la joie.

Le psaume 4 nous dit que Dieu « s’est choisi un homme fidèle ». Il fait lever sur nous la lumière de sa face et nous soulage dans nos épreuves. Il nous permet de nous coucher et de nous endormir en paix. Est-ce là le Dieu que vous connaissez ? Sinon, est-ce le Dieu que vous aimeriez connaître ?

Voici une autre promesse : « Les justes fleurissent comme le palmier

[…] Ils sont encore féconds dans la vieillesse, ils sont pleins de sève et verdoyants. » (Psaume 92.12-14)

Dans les temps anciens, un homme du nom de Yaebets jeta un coup d’œil sur son monde et il en éprouva de l’insatisfaction. Trop de douleur, de problèmes. Et il n’était que trop conscient de la signification de son nom : « douleur ». Il cria donc à Dieu : « Si tu me combles de bénédictions et que tu étendes mes limites, si ta main est avec moi, et si tu fais que, loin du malheur, j’échappe à la douleur ! » Quelle prière ! Tellement égoïste ! Yaebets aurait dû se sentir coupable de prier ainsi, n’est-ce pas ? Mais voici la conclusion : « Et Dieu accorda ce qu’il avait demandé. » (Voir 1 Chroniques 4.9-10)

Jean le déclare : « Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce. » (Jean 1.16). Plus tard, il écrira ceci à un ami : « Je souhaite que tu prospères à tous égards et que tu sois en bonne santé. » (3 Jean 2) Voilà une prière appropriée ! Nous pouvons demander à Dieu du bon temps, le succès, et des bénédictions, l’une après l’autre, sans nous en sentir coupables.

2018-10-01T13:39:02+00:00